Habitations Gaétan Laberge

ARCHITECTES SAIA BARBARESE TOPOUZANOV
EMPLACEMENT Montréal Canada
DATE 2015
CLIENT Habitations comm. Entre Deux Âges et Coop. d’habitations Rêve Bleu de Verdun

DESCRIPTION

Équipe: Mario Saia, Dino Barbarese, Vladimir Topouzanov, Gabriel Juneau, Virginie Legast, Donald Marquis, Marc Pape, Yvon Théoret, Naomi Frangos.

Le programme

Le bâtiment accueillera deux organismes à but non lucratif, soit Entre Deux Âges, qui regroupe des personnes âgées en légère perte d’autonomie et des personnes ayant des problèmes de santé men­tale (107 logements), et la Coopérative Rêve Bleu, formée de femmes seules âgées de 50 ans et plus (19 logements). Outre les unités de logement, le bâtiment comprendra une cuisine, une salle à man­ger, une salle communautaire et deux bureaux. Le projet s’inscrit dans le programme de subvention au logement Accès Logis de la Société d’habitation du Québec.

Le site

Bordé par le boulevard Gaétan-Laberge à l’est et la rue Rhéaume au nord, le site dégage des vues remarquables vers le parc Therrien, le fleuve et la Montérégie au loin, ainsi que vers le centre-ville de Montréal. Situé entre deux stations de métro à quelques minutes de marche, il est facilement accessible par le transport en commun.

 Les contraintes environnementales

Le site a déjà été utilisé comme lieu d’élimination de matières résiduelles (déchets domestiques et matériaux secs), faisant partie de tout le secteur situé à l’est de la digue argileuse localisée sur l’ancienne rive du fleuve Saint-Laurent. L’implication pratique de cette situation est que l’implantation du bâtiment doit éviter toute zone où la concentration des émissions des biogaz dépasse 5%. Conformément à la réglementation applicable, tout projet de construction sur un site ainsi caractérisé doit faire l’objet d’une permission de construire du Ministère de l’environnement du Québec. À cet égard, le bâtiment sera muni de systèmes de ventilation actifs et passifs, en périphérie du mur de fondation et dans le vide sanitaire, afin de prévenir l’accumulation de biogaz à l’intérieur du bâtiment. L’Arrondissement a déjà entrepris toutes les démarches pour mettre à jour la demande de permission de construire de 2003. Soulignons à cet effet que l’implantation soumise au Ministère ne peut être modifiée, sous peine de devoir reprendre tout le processus une troisième fois.

 L’implantation et le volume

L’implantation et le volume proposés pour abriter la nouvelle habitation sont issus du principe d’alignement souhaité par le Service d’urbanisme de l’Arrondissement, à savoir que les nouvelles constructions du secteur bordent les rues avoisinantes, et des contraintes environnementales en présence. Le bâtiment est donc en partie sur pilotis pour éviter les secteurs de concentration de biogaz, tout en assurant la continuité des parois, le long de Rhéaume et de Gaétan-Laberge. Il est aminci dans ses parties sur pilotis pour favoriser le lien entre le parc et le jardin enclavé dans sa forme en U et pour éviter ainsi l’effet de terrain vague que créerait un volume trop profond et sans lumière sur pilotis. Le bâtiment atteindra dix étages, sa hauteur conservant l’échelle des constructions récentes avoisinantes, à l’ouest et au nord.

 Le jeu des façades

Pour contrer l’effet monolithique (et monotone) de cet important volume, la composition des façades propose un jeu de quatre couleurs du parement de briques, dans un collage des unités d’habitation par groupe de deux, verticalement ou horizontalement. Il s’agit tout autant de briser l’échelle que de créer un sentiment d’identité et d’appartenance chez les occupants. La stratégie emprunte au vocabu­laire architectural de Verdun, comme en témoignent les photographies prises dans l’environnement immédiat du projet, tout comme à des précédents internationaux célèbres tel le Ponte Vecchio de Florence. À ce jeu s’ajoute celui des balcons, accrochés aux façades en contrepoint des couleurs, pour en accentuer le dynamisme. Une terrasse au toit est également prévue. La salle à manger qui occupe une grande partie du rez-de-chaussée a une hauteur appréciable. Ses façades de verre offre une transparence et des vues sur le jardin, le boulevard et le parc.

 L’aménagement paysager

Ces locaux communautaires donnent sur une terrasse aménagée au coin du jardin. De là rayon­nent les sentiers menant aux diverses directions que peuvent emprunter les résidants. Pour contrer la surélévation du rez-de-chaussée, due aux contraintes environnementales, le terrain est aména­gé avec des talus en pente douce vers la terrasse et l’entrée principale. Des plantations viennent circonscrire le périmètre du site et enclaver les installations d’alimentation électrique. Une enquête auprès des résidents futurs et les données de projets comparables ont permis de réduire le nombre de places de stationnement requises. Accessible depuis la rue Rhéaume, le stationnement est localisé à la pointe sud-ouest du site. La cour avant, mitoyenne avec celle de l’édifice futur au sud, sur le boulevard, est ainsi dégagée.

 L’aménagement intérieur

Les logements répondent aux normes d’aménagement du programme d’Accès Logis. Ils sont adaptables pour les personnes à mobilité réduite. Les logements localisés dans les parties amincies du bâtiment profitent d’un corridor d’accès avec fenêtres qui donnent sur le jardin en contrebas et au-delà, sur le quartier et la ville.